Monthly Archives: December 2016

Maria Justeau

Maria Justeau (born 1912), was a member of the French Resistance during World War II. Along with her husband, Eugene Justeau build your own football uniform, she saved the lives of many American, Canadian and French soldiers in the area of Saint-Seglin, Brittany, France. She is among the few women to have received the “Croix de Guerre”. She was also awarded an official recognition from the SAS parachutists. Maria Justeau died in 2008.

Maria and Eugene had a mill at the location called “Le Pont” (the Bridge) bottle for water. The mill was located between Saint-Seglin and Pipriac and is still standing today. Eugene had been injured and captured by the Germans. He was able to escape back to his home. When the Germans came to look for him, Maria pretended that she didn’t know where her husband was, and introduced her husband as a day laborer.

Eugene instead participated in the Resistance. Capitaine Toqué, Louis Nadan, Louis Bourgeais, SAS parachutists and Eugene took part in many sabotages in the region. After the war, he was awarded the “Legion d’Honneur” and a “Lieutenant” grade for his heroic actions.

Battlin Bobbie was an American B-17 bomber that had been shot down in September 1943 by the Germans at Messac. The pilot meat tenderizer utensil, Elton Hoyt, and 9 other Americans escaped from the plane before it crashed. Hoyt and 3 comrades were hidden by Justeau at the mill for 3 weeks. In September 2002, he came back to the mill to thank the local population, including Maria Justeau.

General Jean-Claude Allard was the subdivision chief of the secret army. He escaped the Gestapo on November 30, 1943 and had a brief stay at the mill.

During the Battle of Saint Marcel (18 June 1944), which involved 200 Free French SAS parachutists and 3,000 fighters from the Maquis, more than 20 parachutists were hidden at the mill during the battle. Maria and Eugene Justeau kept the mill running while feeding the French soldiers and taking care of 3 children.

She died in 2008 after raising alone her three children after her husband’s death. She spent her last years in her little house. She never talked about what happened during World War II with her descendants.

Jack Recknitz

Jack Recknitz (born Hans-Joachim Recknitz; 1931-2013) was a German and Polish actor. Born 25 May 1931 in Baden-Baden to a family of actors: Hans-Joachim Zinke senior and Katharina Recknitz clothes fluff remover. Early in his youth he started working for the Leipzig Radio as a speaker and news anchor, as well as appearing in various theatres in the German Democratic Republic. In 1953 he graduated from Schauspielschule in Mannheim and passed his actors’ exams as an extramural student.

He appeared on stage in Annaberg, Parchim, Bautzen and Karl-Marx-Stadt (modern Chemnitz). In 1965 he moved to Poland, where he appeared in over 80 feature films, mostly in the roles of foreigners: Germans, Britons or Americans. While in Poland he was sometimes credited as Jacek Recknitz. Between 1966 and 1968 he also worked at the Polish Radio running belt gel holder. In addition to his film work, in 1967 he became a permanent member of the Jewish Theatre in Warsaw, where he remained until 1980. Perhaps his greatest acting success was the role of unnamed “foreign journalist”, based on the real-life experiences of Julien Bryan, in the 1978 film …Gdziekolwiek jesteś Panie Prezydencie (Wherever you may be meat tenderizer singapore, Mr glass bottle suppliers. President) by Andrzej Trzos-Rastawiecki. For this role he received the Special Prize at the Polish Film Festival in Gdynia.

Late in his life he moved back to his native Baden-Baden in Germany, where he died on 13 January 2013.

Hotel Urbano (company)

Hotel Urbano is a Brazilian online travel agency. It is the company in Brazil that markets the largest number of lodging options on the internet[citation needed], with a booking of over 9 million days since its inauguration

Zentrum für Umwelt und Kultur Benediktbeuern

Das Zentrum für Umwelt und Kultur Benediktbeuern (ZUK) ist eine gemeinnützige Einrichtung des Umwelt- und Naturschutzes sowie ein Bildungs-, Tagungs- und Gästehaus.

Das im Maierhof des Klosters Benediktbeuern untergebrachte ZUK, wurde 1988 auf Initiative der Salesianer Don Boscos gegründet. Mitbegründer war unter anderem auch Herbert Bihlmayer SDB, der bis 2011 den Vorsitz des Trägerverbundes innehatte. Koordinator ist seit 1997 Ottmar Schoch SDB.

Ein Ziel des ZUK ist die Erhaltung der natürlichen Lebensgrundlage und des kulturellen Erbes. Wertschätzung und Einsatz für das Leben in seiner ganzen Vielfalt zu erreichen ist dabei für das Zentrum eine primäre Aufgabe. Ein weiteres Ziel des ZUK ist Bildung für nachhaltige Entwicklung aus christlicher Verantwortung für die Schöpfung. Durch die Gründung und Mitträgerschaft will die Ordensgemeinschaft einen Beitrag zur Schöpfungsverantwortung leisten. Der Leitsatz des Klosters Benediktbeuern ist Jugend, Schöpfung, Bildung – heute für morgen.

Zur Umsetzung der Ziele und Aufgaben unterhält das ZUK mehrere Einrichtungen.

Die Umweltjugendbildungsstätte bietet Angebote für Schulklassen, Jugendgruppen und Familien, von naturkundlichen Führungen über mehrtägige Umweltwochen bis hin zu Angeboten mit religiösem Hintergrund wie zum Beispiel Firmwochenenden. Neben der UJB gibt es noch zwei weitere Bildungseinrichtungen, die Akademie und die Erwachsenenbildung, wobei die Erwachsenenbildung offene Kurse zu Themenbereichen des ZUK anbietet, die Akademie dagegen Fortbildungen für Lehrer und Erzieher. Die Akademie veranstaltet zusätzlich noch Symposien zu energie- und naturkundlichen Themen. Außerdem sind im Maierhof noch eine Umweltbibliothek, ein Museum zum Maierhof und den Loisach-Kochelsee-Mooren, ein Gästehaus, ein Tagungsbereich und ein Kulturbüro untergebracht. Letzteres organisiert neben dem Kulturprogramm auch die Openairkonzerte im Maierhof.

Der Energiepavillon wurde 2004 neben der Energiezentrale des Klosters erbaut und beherbergt eine Energie- und eine Geowerkstatt, die beide von den Bildungseinrichtungen genutzt werden, das Naturschutz- und Landschaftspflegebüro, welches auch die Gebietsbetreuung der Loisach-Kochelsee-Moore übernimmt who has the best uniforms in college football, und ein Selbstversorgerbereich.

Im Moor unterhält das ZUK zwei Vogelbeobachtungsstationen. Die Vogelbeobachtungsstation Moosmühle ist als eine Winterstation eingerichtet, an der die Vögel in einem künstlich angelegten Biotop gefüttert werden. In den Wintermonaten werden dort Passanten bei regelmäßigen offenen Veranstaltungen durch Ornithologen informiert. Die Vogelbeobachtungsstation Fuchsbichlstadl ist an einem Kiebitzbiotop angelegt why tenderize meat. Dieses Biotop ist für Wiesenbrüter und Zugvögel auf der Rast vor den Alpen konzipiert. Außerdem unterhält das ZUK einen Hochmoorerlebnispfad, einen Barfußpfad, einen Klangpfad, einen Gehölzpfad Klosterland und Erlebnisbiotope für die Umweltbildung custom sports uniforms. Für Gruppen und Veranstaltungen ist die Kohlstattalm an der Benediktenwand und das Loisachstadl im Moor ausgebaut.

Der Maierinnenhof

Die Energiezentrale links und der Energiepavillon rechts (Holzhaus) am Rande des Klosterkomplexes

die Vogelbeobachtungsstation Moosmühle

Hochmoorerlebnispfad mit Floßpassagen und Seilbahn

Das „Zentrum für Umwelt und Kultur Benediktbeuern e.V.“ wird vom „Trägerverbund e.V.“ getragen. Dieser setzt sich aus drei Ordensgemeinschaften, mehreren Stiftungen, Institutionen und Firmen, sowie aus Gebietskörperschaften der ersten, zweiten und dritten Ebene zusammen.

Gefördert wird das ZUK hauptsächlich durch den „Verein der Freunde und Förderer e.V.“. Die Mitglieder sind vor allem Prominenz aus Wirtschaft, Gesellschaft und Politik. Den Vorsitz bis 2010 hatte der bayrische Staatsminister a.D. Hans Zehetmair. In der Jahresmitgliederversammlung wurde er durch Staatsminister a.D. Georg Fahrenschon als neuer Vorsitzender abgelöst runners utility belt. Neben den Förderverein sind der Orden der Salesianer Don Boscos und die Allianz Umweltstiftung, die beide auch dem Trägerverbund angehören, sowie die Deutsche Bundesstiftung Umwelt die Hauptförderer des ZUK.

Koordinaten:

Danish Sheikh

Danish Sheikh (born February 7, 1985) is a charisma coach based out of London, UK. He is considered to be the first such coach in India, UK and the Middle East.

Danish was born and raised in Indore, India, and attended St. Paul’s High School. He was an introverted, bullied kid and was not particularly academically minded youth uniforms. He has said his life took a turn at the age of 16, when he read Dale Carnegie’s book How to Win Friends and Influence People, which put him on the path of self improvement in the coming years.

Danish began his professional career at the early age of 18, soon after finishing his school education in 2003. He managed to get a job at a leading IT company, without relevant educational qualification and prior work experience, while competing against more experienced candidates twice his age. In the following 10 years, he worked with Lionbridge, Microsoft, The Nielsen Company and Yahoo!. Danish is considered to be the youngest International Product Manager in Yahoo’s history. In 2013 why is bromelain used as a meat tenderizer, Danish began his own work as a charisma coach waistband for phone, and later founded a leadership consultancy company, ‘Danish Sheikh International’, with offices in Mumbai, London and Dubai.

André Campra

André Campra (getauft am 4. Dezember 1660 in Aix-en-Provence; † 29. Juni 1744 in Versailles) war ein französischer Komponist.

Campras Vater war der aus dem Piemont stammende Arzt Jean-François Campra, Campras Mutter hieß Louise Fabry. Seine erste musikalische Ausbildung genoss er als Chorknabe der Kathedrale Saint-Sauveur in Aix-en-Provence. Schon im Alter von 17 Jahren komponierte er seine ersten Motetten. 1678 begann er in Saint-Sauveur mit kirchlichen Studien und erhielt die Tonsur. 1681 verwies ihn das Domkapitel des Seminars, weil er an Theateraufführungen teilgenommen hatte.

Noch im gleichen Jahr trat er in Arles für zwei Jahre die Stelle des “maître de musique” an der Kathedrale Saint-Trophime an. Im darauffolgenden Jahr komponierte er anlässlich der Geburt des Herzogs von Burgund cornstarch meat tenderizer, eines Enkels von Louis XIV., seine erste Oper, die heute als verschollen gilt.

1683 zog es ihn nach Toulouse, wo er die Singschule der Kathedrale Saint-Étienne leitete; diese Position hatte er elf Jahre inne. Die musikalischen Mittel waren recht bescheiden, zur instrumentalen Unterstützung der Sänger standen ihm lediglich Serpents und eine Bassgambe zur Verfügung, Campra gelang es, noch zwei Violinstimmen hinzuzufügen. 1685 wurde er bei einer Versammlung der Stände des Languedocs in Montpellier als “maître de musique” empfangen.

Campra wird in keiner Quelle als ein umgänglicher Charakter bezeichnet, er wird als cholerisch, zynisch, dem Alkohol zugetan und mit der italienischen Partei sympathisierend beschrieben. Aus diesen Gründen verlor er seine Stelle in Arles, auch seine Tätigkeit in Toulouse war nicht problemlos. 1691 verlangte das Domkapitel, dass er seine Werke dem Kapitel vor jeder Aufführung vorlegen musste. Auf dem Höhepunkt dieser Spannungen wurde Campra 1694 durch die Hilfe des Abtes Lagrange-Trianon Leiter der Singschule an Notre Dame de Paris.

Ab 1697 begann Campra mit der Vertonung lyrischer Werke, der Ballett-Oper L’Europe Galante und Le Carnaval de Venise (1699). In dieser Zeit ließ er seinen Bruder Joseph (1662–1744) seine weltlichen Werke unterzeichnen, um seine Stelle an Notre Dame nicht zu verlieren, bat jedoch schließlich im Oktober 1700 um die Entlassung aus dem für ihn lukrativen Dienst der Kirche.

Bis 1720 komponierte er rund fünfzehn „opéras-ballets“ und „tragédies lyriques“, von denen einige mehrfach zu seinen Lebzeiten aufgeführt wurden. Inzwischen war er ein bekannter Musiker und wurde zum Kapellmeister der Académie Royale de musique in Paris berufen hand lemon juicer, nicht zuletzt weil der Geschmack des Regenten, eines Schülers Marc-Antoine Charpentiers, italienisch geprägt war. Nach dem Tode von Louis XIV. und dem Rücktritt von Michel-Richard Delalande wurde Campra, gemeinsam mit Charles-Hubert Gervais (1671–1744) und Nicolas Bernier (1664–1734), „sous-maître“ der Chapelle Royale in Versailles.

Ab 1721 stand Campra ebenfalls in den Diensten der Jesuiten an deren Kirche St. Louis und am Collège Louis-le-Grand. Mit Ausnahme einer Oper Achille et Déidamie (1735) und zweier vom Prinzen de Conti bestellter Gelegenheitswerke (La Fête de l’Isle-Adam, 1722) zur Hochzeit des Herzogs von Chartres (Le Lis et la Rose, 1724) komponierte er nur noch Kirchenmusik, darunter etwa 30 Motetten, ein Requiem, zahlreiche Psalmen und für die Aufführung am Collège Louis-Le-Grand bestimmte Kantaten water bottle spill proof.

Zeitlich ist Campra zwischen Jean-Baptiste Lully und Jean-Philippe Rameau einzuordnen. Während die meisten Komponisten unmittelbar nach der Französischen Revolution vollständig in Vergessenheit gerieten, wurden die Werke von Campra, Lully und Rameau gelegentlich aufgeführt. Campra zählt zu den bedeutenden französischen Komponisten der ersten Hälfte des 18. Jahrhunderts. Er etablierte das damals neuartige musikalische Genre Opéra-Ballet. Seine Musik ist gekennzeichnet von einer gewissen franco-italienischen Leichtigkeit und Schlichtheit, die das weltliche genauso wie das kirchliche Schaffen durchzieht.

1740 trat er mit 79 Jahren von seinen Ämtern zurück, die letzten vier Jahre seines Lebens verbrachte er zurückgezogen in Versailles.

Tingling in Hands & Feet When Exercising

If your hands and feet tingle while you work out, it’s not a normal part of exercise. It may be something as simple as being dehydrated or indicative of a more serious problem. Consult your doctor.
Oxygen is important for breaking down sugars and fats for energy. It must reach its way to individual cells for your body to have sustained energy. Once your lungs deliver oxygen to your blood

Paris Saint-Germain DIGNE Man Jerseys Black outlet

Paris Saint-Germain 21 DIGNE T-shirt Breathable Gift Black

BUY NOW

$218.99
$28.99

, your heart and arteries move the oxygenated blood to your contracting muscles. Your organs have a maximum capacity for oxygen and once it’s depleted, your cells rely on a small reserve of oxygen and release lactic acid, which results in muscle pain and fatigue. Because your hands and feet are the furthest from receiving oxygen, overexercising quickly depletes the amount your extremities get. This can cause tingling and numbness.
Electrolytes are important for proper function of your muscles and nerves. They regulate the body’s hydration, blood pH and blood pressure while helping to rebuild damaged tissue. Muscle contractions need electrolytes. If there is an imbalance, your muscles can become weak or spasm. Your body must have the proper balance of electrolytes, or system malfunctions can occur. You naturally lose electrolytes when you exercise as your body sweats. According to Medical News Today, if you don’t replace these electrolytes, you may experience tingling and numbness in your hands and feet. Other symptoms include twitching, weakness, fatigue and an irregular heartbeat.
Poor circulation, or a lack of blood supply to your hands or feet, can cause numbness and tingling. Exercising muscles require increased blood flow, so if blood flow is restricted somewhere in the body, it can lead to your extremities lacking in blood and oxygen. A restriction of blood flow can result from plaque buildup in your legs, anxiety leading to a rush of adrenaline, smoking, vitamin deficiencies or cold weather. If you’re exercising in temperatures that are too cold, the diminished blood flow causes decreased oxygen in your fingers and toes, resulting in a tingling feeling.
Certain medical conditions can cause tingling in your hands and feet when you exercise, such as diabetes, Raynaud’s phenomenon, multiple sclerosis or a nerve injury. Over time, people with diabetes can experience neuropathy — numbness or tingling in the extremities, due to nerve damage. According to MedlinePlus, Raynaud’s phenomenon is a condition in which blood vessels abnormally constrict, restricting blood flow to the fingers and toes. It can be triggered by any type of stress to the body, such as exercise. Multiple sclerosis is an autoimmune disease that affects nerve cells. Damage to the nerves can cause tingling and numbness anywhere in the body. If you have sustained injury to your muscles, the nerves may also have been injured, which can result in tingling.

Pan Samochodzik i tajemnica tajemnic

Pan Samochodzik i tajemnica tajemnic – powieść dla młodzieży autorstwa Zbigniewa Nienackiego, wydana po raz pierwszy w 1975. Utwór wchodzi w skład cyklu Pan Samochodzik, opisującego przygody historyka sztuki – detektywa noszącego to przezwisko refillable water bottles.

Po Bieszczadach krążą osobnicy, którzy skupują i wykradają bardzo cenne, stare ikony, a następnie przemycają je za granicę. Pan Samochodzik ma za zadanie odnalezienie ich. Nikłe ślady prowadzą bohatera do jego przyjaciela, pana Dohnala goalkeeper shirts australia, mieszkańca Pragi. Wizyta za granicą jest utrudniona z powodu psa, którym zgodził się zaopiekować.W czasie śledztwa pojawia się nowa zagadka związana z magią XVI wieku i Różokrzyżowcami. W tym samym czasie na wędrownym obozie harcerskim po Bieszczadach Baśka próbuje dowiedzieć się od miejscowych czegoś co mogłoby pomóc w zidentyfikowaniu i znalezieniu przemytników.

Powieść została zekranizowana w 1988 przez Kazimierza Tarnasa pod tytułem Pan Samochodzik i praskie tajemnice.

Uroczysko • Skarb Atanaryka • Pozwolenie na przywóz lwa

Wyspa Złoczyńców • Pan Samochodzik i templariusze • Księga strachów • Niesamowity dwór • Nowe przygody Pana Samochodzika • Pan Samochodzik i zagadki Fromborka • Pan Samochodzik i Fantomas • Pan Samochodzik i tajemnica tajemnic • Pan Samochodzik i Winnetou • Pan Samochodzik i Niewidzialni • Pan Samochodzik i złota rękawica • Pan Samochodzik i człowiek z UFO

Wyspa Złoczyńców • Samochodzik i templariusze • Pan Samochodzik i niesamowity dwór • Pan Samochodzik i praskie tajemnice • Latające machiny kontra Pan Samochodzik

Études de genre

Les études de genre forment un champ de recherche pluridisciplinaire qui étudie les rapports sociaux entre les sexes. Le genre, considéré comme une construction sociale, est analysé dans « tous les domaines des sciences humaines et sociales : histoire, sociologie, anthropologie, psychologie et psychanalyse, économie, sciences politiques, géographie… ».

De manière générale, les études de genre proposent une démarche de réflexion et répertorient ce qui définit le masculin et le féminin dans différents lieux et à différentes époques, et s’interrogent sur la manière dont les normes se reproduisent au point de sembler « naturelles ».

Dès le XIXe siècle, la question des personnes transgenre, sans que le mot soit ainsi formulé, trouble les conceptions sur le sexe et la sexualité : Karl Heinrich Ulrichs parle en 1860 d’« âme de femme dans un corps d’homme ». Toutefois, la question du genre se confond alors avec l’orientation sexuelle, les hommes homosexuels étant perçus comme efféminés.

Ce sont les travaux de Margaret Mead qui jouent un rôle précurseur dès 1935. Elle y utilise le concept de « rôle sexué » qui distingue pour la première fois le rôle social et le sexe. Cette notion de « rôle sexué » est l’ancêtre direct de l’idée de genre. Cependant, le terme « genre » est à l’époque utilisé en un sens radicalement opposé à celui qui nous est connu aujourd’hui. Il sert avant tout à la construction d’études normatives sur des sujets relatifs à la sexualité comme le montre le cas de John Money contre lequel se sont construites les études moderne sur la question du genre.

Dans les années 1950 aux États-Unis, le psychologue et sexologue controversé John Money formule pour la première fois une définition des rôles de genre (« gender roles ») dans des études qui portent sur l’hermaphroditisme. Selon sa conception runners water bottle holder, qui ne sera pas reprise par la suite, la notion de genre permet de nommer l’écart entre rôle social sexué et l’assignation biologique des sexes quand celle-ci est ambigüe. Dans le cas des jumeaux Reimer, David Reimer, dont le pénis a été carbonisé par une circoncision ratée, Money préconise une « réattribution sexuelle », persuadé qu’après l’ablation des testicules et un traitement hormonal, en étant élevé comme une fille, David deviendra une femme. À l’adolescence, Brenda-David refuse la vaginoplastie et se fait de nouveau opérer pour redevenir un garçon. David finit par se suicider en 2004, deux ans après son jumeau.

En 1964, Robert Stoller, psychiatre et psychanalyste, formule la notion d’identité de genre (« gender identity »). Il s’agit alors de différencier le genre de l’orientation sexuelle, les personnes transgenre des homosexuels.

À partir des années 1970, les féministes reprennent le concept de genre dans une perspective critique. Mais si le mot est maintenu, les féministes s’éloignent radicalement des conceptions de John Money qui percevait le genre dans une logique normative.

Ainsi, le genre rencontre l’entreprise de dénaturalisation du sexe formulée notamment par Simone de Beauvoir (« On ne naît pas femme, on le devient ») qui, dès 1949, expliquait comment la civilisation et l’éducation agissent sur les enfants pour les orienter dans un rôle masculin ou féminin alors même que filles et garçons ne sont pas initialement distinguables. En 1972, la sociologue Ann Oakley reprend la notion de genre et s’appuie sur la distinction posée par Claude Lévi-Strauss entre nature et culture pour poser que « le genre n’a pas d’origine biologique, […] les connexions entre sexe et genre n’ont rien de vraiment “naturel” ». L’anthropologue Sherry Ortner en 1975 s’interroge sur l’universalité de la domination masculine en explicitant la relégation des femmes à un rôle supposé naturel de reproduction. Ces conceptions divergent alors totalement des travaux médicaux de Money et Stoller en introduisant la notion de rapport de pouvoir dans celle de genre.

Ces travaux d’inspiration féministe remettent également en cause la vision androcentrée du savoir académique sickest football uniforms. Les universitaires américains se nourrissent alors, à partir de années 1980 en particulier, de ce qu’on appelle alors aux États-Unis la « French Theory », c’est-à-dire notamment les travaux de Jacques Derrida, Michel Foucault, Jacques Lacan, Roland Barthes. Ainsi l’historienne Joan W. Scott qui travaillait depuis les années 1970 sur l’histoire des femmes en considérant dans une perspective marxiste le matérialisme et la lutte des classes, questionne en 1988 dans Gender and the Politics of History l’approche masculiniste de l’histoire et reproche notamment à certains auteurs de considérer la culture de classe comme universelle sans prendre en compte son côté masculin. Pour elle, il ne s’agit plus en effet de simplement décrire l’histoire des femmes mais de mettre en lumière les rapports de genre jusque là cachés qui définissent l’organisation des sociétés.

À cette époque, les études de genre reçoivent une forte institutionnalisation dans les universités américaines, par la création de revues et de cursus spécialisés. Ce n’est pas le cas en France malgré les apports théoriques des intellectuels ou chercheurs français, à l’exception notable de l’ATP Recherches sur les femmes et recherches féministes, accompagné dans le secteur de l’édition grand-public de la publication de L’histoire des femmes en Occident sous la direction de Michelle Perrot et Georges Duby. Le mot « genre » introduit en France par l’historienne Joan W. Scott en 1988 fait débat, et les chercheuses utilisent une terminologie très variée pour désigner le contenu de leurs études, parlant d’études sur les femmes, féminines, féministes ou encore de rapports sociaux de sexe, de discriminations, etc. même si globalement le terme de genre finit par devenir dominant dans les années 2010.

À partir des années 1990, Judith Butler développe la notion de performativité dans les analyses de genre : les actes et les discours des individus non seulement décrivent ce qu’est le genre mais ont en outre la capacité de produire ce qu’ils décrivent. Elle décrit alors le genre comme « une série d’actes répétés […] qui se figent avec le temps de telle sorte qu’ils finissent par produire l’apparence de la substance, un genre naturel de l’être. » Pour Butler, c’est le genre qui construit le sexe : s’il existe des différences biologiques, elles ne sont pas en elles-mêmes significatives. C’est le genre, et donc la construction sociale, qui assigne un sens aux différences sexuelles.

Pour Butler, mais également Scott ou des chercheuses françaises comme Christine Delphy ou Nacira Guénif-Souilamas, le genre en tant que rapport de pouvoir s’inscrit dans d’autres rapports de pouvoir impérialiste[pas clair], basés sur la race ou l’orientation sexuelle, le genre faisant partie d’une norme sociale générant de l’exclusion.

Par ailleurs, depuis quelques années, la notion de genre a été banalisée, et les études de genre ont pris un tournant moins critique : si elles trouvent leurs origines dans des approches féministes, aujourd’hui beaucoup d’universitaires appréhendent les études de genre sans avoir d’appétence particulière pour le féminisme. Par ailleurs, les études de genre sont aujourd’hui sous le feu des critiques de « masses de citoyens français » qui considèrent, qu’elles constituent une attaque contre la famille traditionnelle. Pour Bruno Perreau, la théorie queer serait ainsi devenue le symbole des dérives des études de genre aux yeux de ses adversaires. Cet argument aurait été central dans les manifestations de 2012 et 2013 contre le “mariage pour tous”.

Les études de genre, appelées aussi « études genre » ou « études sur le genre », forment un champ de recherche développé à partir des années 1970 qui étudie les rapports sociaux entre les sexes. Le mot « études » est toujours au pluriel pour préciser la pluridisciplinarité de ces recherches.

L’expression théorie du genre est utilisé essentiellement par les adversaires du concept des études de genre, qui parlent aussi de « théorie du gender » ou encore « théorie du genre sexuel » ; elle aurait pour but de faire croire à une idéologie ou à une stratégie politique. En effet, les études sur le genre sont uniquement reliées par un objet de recherche commun, porté par ses propres revues savantes, associations, diplômes, manuels de références, etc. Bruno Perreau tempère toutefois cette vision : si les études de genre sont uniquement définies par un objet commun, elles risquent alors de réifier cet objet plutôt que de le mettre en question, ce que notait déjà Joan W. Scott en 2010. Bruno Perreau rappelle également l’importance de la théorisation du genre dans la constitution de ce champ d’études. Ce geste théorique risque d’être menacé si la réponse aux théories du complot contre le genre est uniquement défensive.

L’anthropologue Françoise Héritier appelle « la valence différentielle des sexes » le fait que « partout, de tout temps et en tout lieu, le masculin est considéré comme supérieur au féminin ». Le genre s’inscrit ainsi dans une hiérarchie : elle constate que, bien que les caractéristiques associées au féminin et au masculin diffèrent d’une culture à l’autre, « le positif est toujours du côté du masculin goaly gloves, et le négatif du côté du féminin. »

Ce faisant, Héritier constate un manque dans la théorie de l’alliance formulée par Claude Lévi-Strauss : pourquoi les hommes se sentaient-ils le droit d’utiliser les femmes comme monnaies d’échange ?

La non-prise en considération des rapports sociaux dans lesquels les femmes sont impliquées est qualifiée d’androcentrisme par Nicole-Claude Mathieu.

La psychologie évolutive, dérivant du darwinisme, considère que les différences de comportement entre femmes et hommes sont dues à la pression de l’environnement sur les gènes, ce qui expliquerait les comportements plus agressifs attendus chez les hommes plutôt que chez les femmes. Toutefois, cette hypothèse reste également peu étayée.

Selon l’approche cognitive développementale de Lawrence Kohlberg, les enfants apprennent à connaître les stéréotypes de genre à partir de leur environnement. Lorsqu’ils acquièrent la « consistance de genre » (la connaissance que leur sexe est fixe), vers six ans, le fait de se conformer à ce qu’on attend d’eux (par exemple, jouer aux poupées pour les petites filles et au camion de pompier pour les garçons) est alors gratifiant socialement. Et à l’inverse, il devient inacceptable de ne pas se comporter en accord avec son genre. L’approche psychosociologique ajoute que les différences de comportement entre femmes et hommes sont le produit de la division sexuelle des tâches et que cette division se reproduit par les pratiques traditionnelles et culturelles : les stéréotypes de genre façonnent la perception des comportements et conduisent à leur propre réalisation.

Selon Christine Guionnet et Erik Neveu, « l’une des principales sources d’inspiration des réflexions autour du genre est la psychanalyse » à travers l’intérêt porté à la sexualité infantile dans « la formation de l’identité de genre ».

Monica Zapata rapporte que selon Sivia Tubert « dans ses travaux sur la sexualité féminine, Freud devance son temps en soutenant aussi bien le caractère construit – et non pas naturel ni simplement conventionnel – de la féminité et de la masculinité, que le caractère incertain et indécidable de leur signification » et que la psychanalyse refuse « le principe d’une identité sexuelle biologiquement déterminée ».

D’après Plon et Roudinesco, pour Sigmund Freud, la sexualité se manifeste dès l’enfance dans le complexe d’Œdipe par le désir inconscient d’entretenir un rapport sexuel avec le parent du sexe opposé et celui d’éliminer le parent rival du même sexe, mais la différence des sexes n’existe pas dans l’inconscient et aucune personne n’est spécifiquement masculine ou féminine à ce titre, la sexualité étant tout autant liée à une représentation sociale, mentale ou subjective qu’à une différence anatomique.

Roudinesco et Plon rapportent également que pour Melanie Klein, il n’y pas d’étape œdipienne, seul le rapport à la mère compte et que pour Jacques Lacan, tout est affaire d’identification, celle à la mère étant primordiale mais le complexe d’Œdipe devient selon lui une fonction symbolique : le père, représentant de la loi, empêche la fusion de l’enfant avec la mère.

Selon Christine Guionnet et Erik Neveu, une perspective anglo-américaine, avec en particulier Nancy Chodorow et Carol Gilligan, montre « combien le genre est déterminé par les relations au père et à la mère et par l’expérience domestique ». Ainsi selon Nancy Chodorow, « l’importance essentielle du complexe d’Œdipe n’est pas d’abord dans le développement d’identités de genres adéquates ou de la sexualité génitale socialement requise, mais dans la constitution de formes différentes de potentiel relationnel chez des êtres de genre différents ».

Si Judith Butler s’« inquiète de ces perspectives psychanalytiques selon lesquelles la différence sexuelle est « indéniable » et qui pathologisent tout effort pour suggérer qu’elle n’est pas si primordiale ou dénuée d’ambiguïté… », Monica Zapata rapporte que selon la psychanalyste Monique David-Ménard « la théorie psychanalytique a depuis les débuts de sa réflexion, intéressé Judith Butler, qui n’a jamais cessé de produire une lecture intelligente et personnelle des textes de Freud et Lacan, en particulier ».

Joan Wallach Scott remarque qu’« il y a certes des psychanalystes homophobes qui exercent, tant en France qu’aux États-Unis, mais il n’y a rien qui soit de manière inhérente réactionnaire chez Freud, ou d’ailleurs chez Lacan ».

Selon le psychologue social Armand Chatard, la représentation freudienne du complexe d’Œdipe n’est selon certains chercheurs peu ou pas étayée par des données empiriques

Selon une étude de Ragini Verma, qui a étudié les cerveaux de 521 femmes et 428 hommes, les connexions neuronales diffèrent d’un sexe à l’autre : le cerveau des femmes est connecté de manière à favoriser les compétences sociales et la mémoire, celui des hommes la perception et la coordination des actions.

La neurobiologiste Catherine Vidal montre en se basant sur des techniques d’imageries cérébrales comme l’Imagerie par résonance magnétique que seules 10 % de ces connexions nerveuses entre neurones sont réalisées à la naissance et que les 90 % se construisent « progressivement au gré des influences de la famille, de l’éducation, de la culture, de la société ». Ainsi, selon ses travaux, « À la naissance, le bébé humain ne connaît pas son sexe » et si les femmes et des hommes adoptent des comportements de genre stéréotypés, « la raison tient d’abord à une empreinte culturelle rendue possible grâce aux propriétés de plasticité du cerveau humain ». Catherine Vidal réfute ainsi l’idée d’un «&nbsp spain football shirt;déterminisme biologique » et estime que du fait de la plasticité neuronale, la différence entre les cerveaux des deux sexes est négligeable comparée aux différences individuelles.

Selon les travaux de Lise Eliott, bien que les « garçons et filles sont influencés dans l’utérus par différents gènes et différentes hormones qui leur sont propres », il n’y a pas de différences entre cerveaux de femmes et d’hommes (la seule étude démontrant une différence entre cerveau droit et cerveau gauche des femmes et des hommes ayant été contredite par une cinquantaine d’autres) : les différences comportementales entre garçons et filles s’expliquent par l’éducation parentale à la reconnaissance de soi comme appartenant à l’un ou l’autre des sexes.

Certains universitaires voient dans les études de genre une recherche biaisée.

L’anthropologue Frank Salter, sans remettre en cause l’ensemble des études de genre, les accuse de faire preuve d’une prévention contre la biologie (« anti-biological bias ») et considère que « la biologie détermine si une personne a des organes reproducteurs mâles ou femelles, ce qui correspond habituellement à sa sexualité, la structure de son cerveau et à ses préférences. Aucun changement de coutumes, de lois, de croyances, d’endoctrinement ou de pratiques n’a ces effets. »

Pour la sociologue Helen Lindberg, les quatre théories sociales féministes qu’elle a étudié ne sont pas idéologiquement neutres et peuvent donner une vision biaisée de la société. Elle critique également ces théories comme manquant de cohérence, ne permettant pas de peser sur l’évolution de la société et s’accordant mal avec « les preuves empiriques ».

Le biologiste évolutionniste Ulrich Kutschera (de) de l’Université de Kassel considère pour sa part les études de genre comme « une pseudoscience universitaire ».

Selon Judith Butler le terme d’études de genre a perdu son caractère critique :

« Dans la trajectoire qu’elle décrit, le pouvoir critique d’un terme a été domestiqué : il s’est perdu, dès lors que les études de genre devenaient pour beaucoup simplement le moyen de s’appuyer sur des conceptions fondées sur l’évidence du genre pour décrire et analyser son fonctionnement social. C’est ainsi qu’on entend parler aujourd’hui d’un « facteur de genre » dans les élections : nombre d’universitaires s’engouffrent dans les études de genre sans avoir pour le féminisme un intérêt particulier. Je crois qu’il est important de souligner que le travail du genre s’est déployé dans un cadre féministe mais que, maintenant, souvent, on rencontre des définitions des études de genre qui s’écartent clairement non seulement du féminisme, mais plus généralement des approches politisées. »

Améliorez sa vérifiabilité en les associant par des références à l’aide d’appels de notes.

La bibliographie est considérable. On ne donnera ici que les textes les plus importants ou qui peuvent servir d’introduction à ce domaine en privilégiant plutôt les traductions françaises.

Helaeomyia petrolei

Psilopa petrolei

La mosca del petróleo, Helaeomyia petrolei, es una especie de mosca que habita en California, USA. Las larvas se alimentan de insectos en lagunas de petróleo naturales, lo que la hace la única especie de insectos que se desarrolla en el petróleo crudo, una substancia que, normalmente, es altamente tóxica para los insectos.

Los adultos miden aproximadamente 5 mm de largo, siendo su cuerpo de color negro, salvo por carrillos de color más claro beef tenderiser. Los halterios son amarillentos, con extremos blancos. Los ojos, con alta densidad de vellos, están más cerca del centro del rostro. La tercera articulación de las antenas es ligeramente más larga que la segunda, el espinazo de ésta no alcanza más allá del ápice de las antenas. Las alas membranosas, tienen un tinte gris en las poblaciones de casi toda la costa oeste de EEUU, salvo en algunas ocasiones donde tienen una mancha hacia el ápice de la célda submarginal. La distancia entre el ápice de la segunda vena y la primera es casi el doble de la distancia entre el mismo y el de la tercera vena.

Si bien las larvas, normalmente, nadan cerca de la superficie del petróleo con la punta de sus tubos respiratorios mostrándose como minúsculos puntos sobre la superficie del líquido, son capaces de sumergirse por períodos largos. El comportamiento de apareamiento y deposición de los huevos aún no ha sido descrito, pero se cree que los huevos no son puestos dentro del petróleo. Las larvas abandonan este medio sólo para formar la pupa, desplazándose a tallos de hierba cercanos a las márgenes de la laguna. Todo su desarrollo desde la larva recién eclosionada hasta antes de formar la pupa se desarrolla en el petróleo.

Las larvas ingieren grandes cantidades de petróleo y asfalto, y es observable su abdomen lleno del mismo. Sin embargo, experimentos nutricionales mostraron que el animal subsiste gracias a la materia animal presente en el petróleo, la cual devora rápidamente. Aunque el petróleo puede alcanzar temperaturas de hasta 38°C, esto no causa efectos dañinos en las larvas, ni siquiera al ser expuestas a trementina al 50% o xileno al 50% en experimentos de laboratorio. La larva de la mosca del petróleo contiene cerca de 200.000 bacterias heterotróficas, lo cual ha sido de interés para científicos que investigan microorganismos o enzimas que funcionan en un ambiente de solventes orgánicos. Los nutrientes ricos en nitrógeno liberados en el sistema digestivo hacen de éste un ambiente, con un pH de alrededor de 6.5, adecuado para el desarrollo de bacterias. No existe evidencia de que esta bacteria contribuya a la fisiología del insecto.

William Homan Thorpe se refirió a la H 1 liter glass water bottle. petrolei como “sin lugar a dudas una de las más grandes curiosidades científicas del mundo.”

La mosca del petróleo fue descrita por primera vez en los pozos de alquitrán del Rancho La Brea cerca de Los Angeles, California, aunque los técnicos petroleros la conocían desde antes. La población no se considera amenazada. Desde entonces la especie se ha encontrado en otras ubicaciones, donde las poblaciones se consideran esporádicas.